Encore des questions de proviseur(e)s

Encore des questions de proviseur(e)s

Ils sont plus de 70 proviseurs des lycées de la deuxième vague du déploiement de Lilie à avoir répondu à l'invitation de la Région ce jeudi 16 septembre 2010. Après une présentation historique du projet et de ses grands principes par Martine May-Godard et Jean Bravin...

Réunion des proviseurs, 16 septembre 2010

Ils sont plus de 70 proviseurs des lycées de la deuxième vague du déploiement de Lilie à avoir répondu à l'invitation de la Région ce jeudi 16 septembre 2010. Après une présentation historique du projet et de ses grands principes par Martine May-Godard et Jean Bravin, la parole est donnée au directeur de projet Olivier Vigneau (Logica) et à Franck Silvestre (Fylab) pour une présentation et une démonstration de Lilie.

 

L'accent est mis sur la responsabilité légale du chef d'établissement concernant les données personnelles. Une démonstration convaincante de Lilie leur permet ensuite de poser des questions précises et pertinentes.

 

 

Je suis proviseur dans un lycée professionnel, un lycée des métiers. Certains personnels ne relèvent pas de l'Éducation Nationale. Je pense par exemple aux formateurs GRETA. Comment peuvent-ils accéder à l'ENT ?

L'ENT ne concerne pas les GRETA ni les CFA. Cependant, la Région réfléchit à une possible extension. Pour le moment, pour les « personnels non prévus » parmi les usagers de Lilie, on peut créer manuellement des comptes « invités ». Nous avons actuellement un problème de même nature avec les lycées agricoles qui sont également absents de SCONET.

 

 

Réunion des proviseurs, 16 septembre 2010À propos des listes d'élèves et des groupes d'élèves qui peuvent fluctuer en cours d'année : pourquoi ne pourrait-on pas prévoir que l'enseignant puisse lui-même créer ses groupes d'élèves dans l'ENT ?

 

Les groupes de scolarités sont créés de façon automatique. Des droits et des permissions particulières dans ces groupes peuvent être ajoutés ou retirés par chaque enseignant. Mais c'est l'administrateur seul qui a la possibilité de créer de nouveaux groupes.

 

 

Il est normal que les familles soient informées des absences. En revanche, si l'information remonte jusqu'aux administrations tiers, on peut imaginer que des sanctions puissent être appliquées de façon automatique. Cette crainte est-elle justifiée ?  Existe-t-il des filtres possibles ?

 

Il est vrai que nous avons des pressions amicales de la part des rectorats pour l'utilisation de Sconet Absence. Mais le chef d'établissement conserve la pleine maîtrise des données qui sont traitées par l'ENT. Nous sommes très attentifs à la sécurisation de ces données. Lilie ne transmet aucune donnée vers l'extérieur. Tous les transferts vers des organisations ou des administrations tiers doivent être décidés par le chef d'établissement dans le cadre d'une convention écrite.

           

Réunion des proviseurs, 16 septembre 2010

 

L'icône « cahier de texte » est présent dans le bandeau de l'ENT. Notre établissement a choisi une autre solution. Serait-il possible de supprimer cet icône afin d'éviter aux enseignants de se tromper de logiciel ?

 

Non. Nous ne pouvons pas enlever ce service. Nous souhaitons encourager les usages et généraliser le cahier de textes de Lilie.

Comment les professeurs peuvent-ils envoyer des devoirs ?

 

Ils peuvent le faire en ajoutant des pièces jointes dans le cahier de textes. La taille de ces documents est limitée à 5 Mo. Pour les fichiers plus importants, il faut utiliser le serveur du lycée. Nous sommes en train de travailler sur la nouvelle version de ce que l'on appelle le Casier et qui permettra de distribuer et de ramasser des devoirs en fixant des dates, à l'heure près, de distribution et de ramassage.

 

Nous avons parfois des fichiers de 80 Mo. Comment fait-on ?

 

C'est une charge que nous ne pouvons pas soutenir. Il existe d'autres moyens de transporter ou stocker des données. Pour l'instant, vous pouvez par exemple utiliser les clés USB distribués à tous les élèves des lycées de la région. 

 

Réunion des proviseurs, 16 septembre 2010

  

Comment synchroniser l'emploi du temps dans Lilie ? Le logiciel prend-il en compte les semaines et les années ?

 

Oui. Dans l'agenda, vous avez accès à l'emploi du temps. 

 

Nous avons plusieurs mots de passe, celui de l'établissement et celui de l'ENT. Est-il possible de réduire le nombre de mots de passe ?

 

Nous sommes conscients des inconvénients mais ce n'est pas possible, c'est une contrainte imposée par le schéma directeur.

  

Sommes-nous assurés que le débit d'accès au  réseau dans notre établissement sera suffisant ?

 

Il est vrai que nous avons des connexions très inégales sur le territoire. Par exemple, dans les Hauts-de-Seine, la fibre optique sera installée partout. Cette question relève des politiques d'aménagement numérique du territoire. Aujourd'hui, les lycées disposent en moyenne d'un accès à 2 Mo qui semble suffisant. Nous sommes loin d'une situation de saturation. 

 

Que peuvent voir les parents dans le cahier de textes ?

 

Les parents ont accès à toutes les fonctionnalités de consultation. Ils n'ont pas accès aux espaces de discussion.

Réunion des proviseurs, 16 septembre 2010

Le déploiement se fait de façon progressive. Un petit groupe se saisit de l'outil le déploie dans l'établissement. Est-il possible dans ces conditions d'éviter la signature d'une convention par le CA ?

La mise en place d'un cahier de textes ou de services de vie scolaire n'est pas soumise à signature du CA. Pourrait-on faire de même avec Lilie ?

 

Nous sommes soumis à un cadre juridique qui a été défini par la CNIL. La signature de la convention tri-partite par l'établissement, la région et le rectorat est obligatoire. Elle déclenche le transfert de l'extraction de l'annuaire fédérateur.

  

Toutes les familles ne sont pas équipées d'un poste informatique et d'un accès internet. Quelle solution préconisez-vous ?

 

La réponse de la région est de rappeler que les établissements sont suffisamment équipés et permettent des accès libres, par exemple dans les CDI. En ce qui concerne l'accès des parents, un travail de cartographie des espaces publics numériques est en cours par la Caisse des Dépôts et l'Institut d'Urbanisme. Certains lycées ont mis en place des bornes d'accès libres dans les halls. Nous savons également que les associations de parents d'élèves informent les parents sur les lieux d'accès autour des lycées, par exemple dans les bibliothèques.

  

  À quelles formations sur site avons-nous droit ?

 Des formations sont proposées par les académies. C'est à elles que vous devez vous adresser.